Les neurosciences et la Biodanza par Carmen Gessinger

J’ai constaté que tout au long de ma vie ce qui me mobilisait dans la recherche de la connaissance était le désir de savoir comment nous, êtres humains, nous pouvions être si parfaits physiquement, en commençant par notre conception jusqu’à notre forme finale, ce qui semble être un vrai miracle. Un autre aspect m’a toujours intrigué, celui d’avoir un cerveau qui nous permet d’avoir conscience et, par notre esprit, nous pouvons donner une signification à nos actions, émotions et sentiments et ainsi avoir la capacité de comprendre et partager nos émotions et sentiments avec toute notre espèce. Notre esprit est fantastique et semble souvent plus grande que nous-mêmes car il a la capacité d’entre en expansion, d’avoir différents niveaux de conscience, de créer et de se connecter et entrer en résonance avec l’autre, avec le monde, avec l’Univers.

Quand j’entrai en contact avec la Biodanza, mon attention a été attirée par le fait que la transformation qui se passait en moi et chez les participants du début à la fin de chaque séance vécue était toujours impressionnante. Je voulais savoir : qu’elle était la « magie » ? Comment cela était-il possible ?

En cherchant à comprendre ce qui se passait chez les personnes pendant les vivencias de Biodanza, j’ai fait la formation de facilitateur de Biodanza. En même temps que cette formation, j’ai commencé à chercher dans les neurosciences les réponses possibles pour assouvir ma curiosité. Pour cette raison, j’ai commencé à étudier certaines théories qui avaient les bases neurobiologiques pour expliquer ce qui se passait en chacun de nous.

Mais qu’est-ce que les « neurosciences » ? Qu’ont-elles à voir avec la Biodanza ?

Les neurosciences sont un ensemble de professionnels de différents domaines qui étudient et font des recherches scientifiques sur le fonctionnement de l’être humain, mais spécifiquement sur le système nerveux, avec des instruments toujours plus précis.

Elles englobent des chercheurs dans les domaines de la morphologie (neuroanatomistes et neurohistologistes), des physiologistes et (neurophysiologistes et neurochimistes), de la psychologie, de la psychiatrie et aussi de la biologie.

Dans les neurosciences, il y a une interaction entre ces domaines, il y a une interconnexion des connaissances, un échange.

La Biodanza est une méthodologie qui travaille avec l’être humain en stimulant les personnes à entrer en contact et à développer pleinement leurs potentiels, à chercher un style de vie sain, à améliorer l’intégration avec soi-même, avec les autres et avec tout l’Univers, à se reconnaître dans l’autre.

Selon Kandel (2007), neuroscientifique qui dédie sa vie à étudier la mémoire, « les neurosciences tentent de comprendre de quelle manière les circuits neuraux qui se forment pendant le développement permettent à l’individu de percevoir le monde autour de lui, de se souvenir de ces perceptions et d’agir au travers du rappel de ses perceptions. Elles tentent aussi de comprendre les bases biologiques de notre vie émotionnelle. Il s’agit de problèmes extrêmement complexes, bien plus que n’importe quel autre problème rencontré dans le passé par les autres domaines de la biologie. »

Les recherches scientifiques s’acheminent toujours plus vers l’étude de l’homme, non seulement comme un être individuel, mais dans sa relation aux autres. Soit, l’homme inséré dans son contexte social.

La Biodanza se fait en groupe, elle travaille l’être humain en relation. Dans une session de Biodanza, nous expérimentons des émotions, nous interagissons avec les autres, nous partageons nos sensations, émotions et sentiments, nous sentons que nous faisons partie d’une communauté humaine.

Les neuroscientifiques commencèrent il y a peu de temps à étudier les émotions dans les relations humaines, leur intersubjectivité, l’empathie, le fait de se mettre à la place de l’autre, et, le fait que deux individus entrent en résonance, car tous ces aspects n’étaient pas considérés comme de la science telle que la communauté scientifique l’entendait.

Antonio Damasio fut un des premiers neuroscientifiques à étudier les émotions et il a pris plus de 20 ans pour élaborer son hypothèse sur les émotions, hypothèse approuvée dans les milieux scientifiques et qui devint une théorie.

En 1990, il y eut une découverte très importante qui a révolutionné la communauté scientifique : le système des neurones miroirs.

Ils furent les premières lueurs montrant qu’il y avait quelque chose de nouveau et d’inespéré qui surgissait en lien avec les études sur l’homme et son action dans le monde et dans la communication humaine.

Ce fut par eux que les scientifiques commencèrent à se rendre compte que nous avons un mécanisme, toujours exploré et recherché, qui s’active en même temps que nous sommes en relation avec l’autre et que, grâce à lui, nous pouvons communiquer entre nous, comprendre, percevoir et sentir ce que l’autre sent.

Nous ne pouvons nier notre corps car c’est lui, par ces mécanismes physiologiques, qui nous permet d’être qui nous sommes ; des êtres humains, avec une capacité intellectuelle, émotionnelle, intuitive et perceptive qu’aucune autre espèce a de cette manière.

La Biodanza nous donne l’opportunité d’intégrer toutes ces capacités, à différents niveaux et c’est pour cela qu’il est important que nous sachions qui nous sommes, aussi du point de vue neurobiologique.

Pin It on Pinterest