Evaluation de la Biodanza comme système pour la modification de l’estime de soi par Jessica Medel

Introduction

Dans l’actualité, il y a une préoccupation constante pour l’estime de soi et l’élaboration de techniques qui la promeuvent et la développent. En considérant que différents courants thérapeutiques focalisent leur attention sur l’estime de soi, nous avons choisi parmi les thérapies humanistes, la Biodanza comme une modalité de thérapie corporelle que – dans ce travail – nous essayons d’évaluer en tant qu’outil thérapeutique et mettre en évidence l’aspect positif de son affectivité dans la modification de l’estime de soi. Quand nous avons décidé de commencer notre recherche et de travailler avec l’estime de soi, nous l’avons fait en pensant à l’importance qu’elle a chez chacune des personnes et comme elle est essentielle pour la survie psychologique. Ainsi – et en accord avec de nombreuses recherches qui avalisent l’importance du rôle qu’elle joue en tant que facteur protecteur et de prévention dans de multiples troubles – nous avons voulu réaliser un atelier où l’aspect central était de travailler avec une technique qui permettrait son augmentation, en considérant l’importance individuelle et sociale qu’on lui a accordée.

Parmi les facteurs psychosociaux de risques pour la consommation de drogues et d’alcool, apparaît le déficit de l’estime de soi, et il apparaît également comme facteur prédisant un comportement dépressif, associé à une phobie sociale et à un trouble de la conduite alimentaire, entre autres. D’autre part, une forte estime de soi semble être associée avec une grande motivation à réussir, à un réseau social étendu, à de meilleurs niveaux de défense immunitaire et à une autonomie personnelle. Elle est également liée à un bon ajustement psychologique, une stabilité émotionnelle, une activité, une curiosité, une sécurité, une coopération, une pensée flexible, un sens de l’humour, un haut rendement académique, une augmentation de l’apprentissage, une créativité, une responsabilité et une meilleure communication. Nous avons trouvé importent de mettre en place un atelier qui favorisait son développement et qui, à long terme, devenait un facteur de prévention.

 

Du point de vue de la psychologie humaniste

Le postulat humaniste affirme que, en chaque personne est contenue la sagesse nécessaire pour atteindre un état de santé optimale et que tout être humain a en lui la capacité de savoir ce dont il a besoin pour activer et réaliser son potentiel. Un concept central est se rendre compte et cela fait allusion à la faculté de vivre et percevoir quelque chose et d’avoir en même temps la capacité d’être en train de le vivre et de le percevoir. Un autre concept est celui de la responsabilité qui se réfère au fait d’être constamment en train de choisir notre forme d’agir ou de réagir face aux réalités externes. Pour le mouvement humaniste, traiter les maladies n’est qu’une partie du travail clinique, celui-ci est aussi la recherche et l’activation du potentiel qui existe en chaque être humain. Promouvoir le développement de l’être humain est, pour la première fois, un objectif de la psychothérapie. De même, les techniques non verbales commencent à prendre leur place dans la psychothérapie, des pratiques pour le travail avec le corps – comme siège des symptômes – se développent. On considère l’existence d’une unité fondamentale esprit-corps. Le corps est considéré comme une source de messages sur ce que nous sommes, sur comment nous agissons et nous sentons ; on le considère aussi comme un récepteur et un moyen d’expression de ce qui arrive dans nos images, nos pensées et nos émotions. Les psychothérapies humanistes se basent sur la supposition que l’humanité est arrivée à être excessivement intellectuelle, déconnectée des sensations et des émotions et c’est pour cela qu’elle insiste sur les méthodes expérimentales et s’inspire de la croissance individuelle et de l’actualisation au lieu de l’adaptation. Commencent alors à surgir de nombreuses techniques corporelles qui abordent l’indiscutable relation esprit-corps, où on redécouvre la présence et la valeur essentielle du corps car c’est par lui que nous sentons, nous nous exprimons et nous créons.

 

Identité

L’identité se constitue par le vécu et ce qui se vit en premier c’est d’être vivant. Ceci est renforcé par la connexion avec le corps et ses sensations, processus et émotions – qui ont une base corporelle -, et c’est pourquoi l’expression de notre identité est le mouvement corporel. Notre identité s’exprime quand nous sommes en présence des autres et c’est pourquoi les travaux en groupe favorisent l’approche à l’intégration de l’identité. L’identité entendue comme la conscience de soi-même s’exprime par la conscience de son propre corps et la conscience d’être différent. La première évolue par les expériences quotidiennes, elle est la source de plaisir et de douleur. La conscience d’être différent se manifeste dans les premiers contacts avec l’autre et avec le groupe. L’identité se manifeste dans le miroir des autres identités, elle amène alors à la conscience de sa propre singularité et au fait de se penser soi-même face au monde à partir des premières notions d’être différent. Lowen affirme que la personne saine fonctionne avec un sens de l’identité affirmé dans la corporalité. A partir de cette connexion avec sn corps et les processus organiques, il est capable de reconnaître ses besoins et ses émotions.

 

Biodanza

La Biodanza affirme une identité – ou sensation d’être soi-même – qui est enracinée dans le corps et les vivencias, ouverte à l’expérience présente, vécue comme un processus et qui est créative. Du point de vue de la Biodanza, une identité saine est une identité qui s’ouvre à la rencontre avec l’autre, qui est capable d’établir des liens de réciprocité, d’intimité et de retenue mutuelle. Pour la Biodanza, la personne avec une identité saine et une estime de soi élevée prend en charge sa propre vie, en arrivant à donner des réponses chaque fois plus satisfaisantes aux trois questions existentielles formulées ici : ou est-ce que je désir vivre, avec qui je veux vivre et qu’est-ce que je veux faire. Une personne saine qui est liée à elle-même, à ses motivations instinctives et ses émotions a une plus grande possibilité de répondre à ces questions et d’arriver à vivre de façon authentique.

 

Estime de soi

La vivencia de sa propre valeur (estime de soi) provient du fait de se sentir soi-même et de la qualification affective des parents et d’autres personnes proches. Les opinions, les idées, les sentiments et les jugements de valeur que nous avons sur nous forment notre estime de nous-mêmes qui se développe graduellement à partir des expériences, messages que nous recevons des autres personnes et de son propre vécu. En plus de l’importance reconnue de l’entourage familial dans les premières années de vie, on attribue aussi une importance fondamentale à la dimension sociale qui nourrit l’estime de soi. L’estime de soi doit être vue comme un processus en changement continuel, dirigé par un axe central de stabilité.

 

Fonctions de l’estime de soi

Elle fonde la responsabilité car seul s’engage celui qui a confiance en lui et trouve naturellement en lui les ressources requises pour dépasser les difficultés inhérentes à son engagement.

Elle détermine l’autonomie personnelle car le jeune qui une haute estime de lui agira avec autonomie, affrontera les défis, profitera de ses réalisations, tolérera les frustrations et sera capable d’influer sur les autres. Tout cela aura une incidence favorable sur son processus de développement personnel. Elle appuie la créativité car la personne créative grandit seulement à partir de la confiance en soi, de son originalité et de ses capacités allant de l’auto-valorisation au vécu de sa propre valeur. La considération envers soi-même permet une relation sociale saine car il existe une relation importante entre l’acceptation de soi et l’acceptation des autres.

Elle conditionne l’apprentissage car l’acquisition de nouvelles idées est subordonnée à nos attitudes de base.

En Biodanza, il existe une série d’exercices qui contribuent à renforcer l’expression de l’identité, la détermination et la sécurité en soi-même, c’est-à-dire qu’ils permettent une augmentation de l’estime de soi. Selon Rolando Toro, ce qui prouve que ces exercices augmentent l’estime de soi est le fait qu’ils contribuent à « prendre conscience de soi et à développer le courage pour affronter les autres ; ainsi les personnes timides acquièrent rapidement des ressources personnelles pour affronter la réalité car les processus d’estime de soi évoluent par l’action ».

 

Conclusion

La Biodanza promeut des changements positifs sur l’estime de soi. Dans le processus de socialisation, de nombreux potentiels sont réprimés. La Biodanza est une opportunité pour les découvrir par le mouvement intégré qui amène aux émotions et par la rencontre. Il se produit ainsi un réapprentissage dans les façons de fonctionner, à travers ces nouvelles formes de vivre, car l’expérience la plus significative entre les personnes est la rencontre de l’amour sous ses diverses formes.

Pin It on Pinterest